6. Lectures

Élections présidentielles. France 2017
Le littératron de Robert Escarpit. Un ouvrage toujours d’actualité
François Fillon, Faire (2015),  ou « Petits arrangements avec la République » (page 3).
Benoît Hamon, Pour la génération qui vient (2017), ou « Comment traire la vache Lolotte qui n’a plus de pis » (page 7).
Emmanuel Macron, Révolution, (2016), ou « Dans ce monde “qui nous inquiète”, nous (la France) devons positiver » (page 8).
Marine Le Pen, Discours (2017) ou « Comment tirer profit de l’indigence calamiteuse des responsables de la politique du pays » (page 13).
Jean-Luc Mélenchon, l’Ere du peuple (2016), ou « Déconstruire les repères sociaux de classe » (page 16).

 

Les lectures ne sont pas choisies en fonction des sympathies politiques mais de leur caractère éclairant quant aux enjeux actuels.

Lénine, L’impérialisme, stade suprême du capitalisme (1916)
Anton Zischka, Afrique, complément de l’Europe (1951)
Alexandre Douguine, La Grande Guerre des continents (1992)
Stéphane François, La migration de thématiques fascisantes, d’un extrême à l’autre (2009)
Domenico Losurdo, Fuir l’histoire. Essai sur l’autophobie des communistes (2000)
Bernard Bruneteau, « L’Europe nouvelle » de Hitler. Une illusion des intellectuels de la France de Vichy (2003)
Bernard Peloille, Critique de la raison européenne (2006)
Jean-Christophe Rufin, Le piège humanitaire (1986)
Juan José Sebreli, L’oubli de la raison (2006)
Slavoj Zizek, Robespierre, entre vertu et terreur (2008)
Marc Hatzfeld, Les lascars. Une jeunesse en colère (2011)
Nonna Mayer, Deux articles sur le vote de classe (2011)
Georges Korm, Les mille et une vies de la culture arabe (2015)
Jean-Yves Le Drian, Qui est l’ennemi ? (2016)
Christophe Guilluy, Le crépuscule de la France d’en haut (2016)