Communauté ou société : position du problème

Avant de poser l’alternative entre Communauté et Société, il est nécessaire de signaler que les significations attribuées à ces mots dans les dictionnaires les plus courants peuvent se révéler fluctuantes selon les sources et les époques. Si l’on se réfère au contexte intellectuel des dernières décennies, l’opposition posée entre communauté et société prend sens dans le cadre de la thématique de Ferdinand Tönnies, telle qu’elle se trouve synthétisée dans  son ouvrage Communauté et société, où elles se présentent tout à la fois comme catégories de pensée et comme formes (ou états) de groupement humain, successives, différentes, non interchangeables.

Sans reprendre de façon non critique, l’opposition entre communauté et société telle que la définit Ferdinand Tönnies, on peut poser que cette opposition se rapporte à des formes ou types distincts de rapports entre les hommes. Elle rend compte aussi de grandes conceptions du monde dans leur façon de poser les relations entre in­dividus et ensemble, singulier et collectif, particulier et universel, spécifique et général, etc. En portant attention à un mot qui peut être référé aux deux notions : le mot commun, on peut donner à voir les enjeux de cette opposition. Si, en effet, la notion de commun peut être appliquée à communauté comme à société, c’est que le terme ne renvoie pas à une réalité unique, que dans un seul terme, on a donc en fait deux no­tions. Schématiquement, on verra que le “commun”, tel qu’il est pensé par les tenants du “communautaire” est le communautaire lui-même, un être ensemble, antérieur et supérieur aux individus, tandis que le “commun de la so­ciété” est ce que les sujets humains ont en eux-mêmes de commun, en fonction d’un principe d’association en vue d’une finalité et de règles construites (non en fonction d’une “origine” extérieure aux individus, à leur volonté, à leur pratique sociale).

Au-delà du vocabulaire, l’alternative communauté ou société renvoie ainsi à des enjeux pratiques. Elle pose la question du rapport des hommes entre eux et au monde, de la maîtrise ou non maîtrise qu’ils peuvent développer sur ces rapports et sur ce monde. Sont-ils sujets absolument dominés, simples exécutants de volontés extérieures à eux-mêmes, s’imposant comme volonté d’une entité antérieure et supérieure à leurs volontés propres [l’entité “communautaire”] ? Ou bien les hommes peuvent-ils se donner les conditions d’une maîtrise de leur propre monde [au sein d’une entité humainement construite, telle que la société] ? Question qui renvoie à la question de la politique, selon qu’on la pose comme relevant ou non du champ d’un possible humain.

Dans le premier exposé les aspects centraux de la thématique de Tönnies seront analysés dans une perspective critique. On analysera ensuite les formes “typiques” qu’ont pu revêtir les deux notions et les deux formes de groupement, selon différents auteurs, de la fin du XVIIIe siècle au XXe siècle.

Creative Commons License
Contenu sous licence Creative Commons 4.0 International. Reproduction et diffusion non commerciales autorisées à condition de citer la source.