Mode de production socialiste

Pour la présente définition on emploiera indifféremment mode de production socialiste ou communiste.

Jules Guesde qualifiait ce mode de production de collectivisme, il s’en explique :

« Il y avait lieu de nous distinguer des divers systèmes communistes qui, forgés de toutes pièces par des hommes de plus ou moins bonne volonté ou de génie, versaient tous dans l’utopie. […] Le collectivisme […] ne repose sur aucun concept a priori de justice, de liberté, d’égalité ou de fraternité. […] Il ne se réclame pas davantage des “sentiments généreux” ou des “aspirations vers le bien-être” qui sont de tous les temps, sans jamais avoir abouti. […] Le collectivisme s’appuie exclusivement sur l’évolution économique des sociétés, dont il n’est qu’une phase nouvelle, l’aboutissement inévitable et prochain. »

Marx pour sa part observait :

« Le communisme se distingue de tous les mouvements qui l’ont précédé jusqu’ici en ce qu’il bouleverse la base de tous les rapports de production et d’échange antérieurs […] De ce fait son organisation est essentiellement économique, elle est la création matérielle des conditions de l’union [il s’agit des « individus unis »], elle fait des conditions existantes, les conditions de l’union. (Marx, l’Idéologie allemande)

La centration sur les bases matérielles, économiques notamment, dont font montre ces deux citations, marque une rupture avec les systèmes dits utopistes – il s’agit d’instaurer les conditions matérielles de la société à venir, à partir des conditions existantes, et non de projeter de façon idéaliste les contours, et souvent beaucoup plus, de cette société. Un principe fondamental de définition d’un mode de production est ici exposé, sachant que la définition du mode de production n’épuise pas à soi seul le point de savoir ce qu’est une société, ou une formation sociale déterminée.

Soulignons que l’on se propose ici d’énoncer une définition théorique, d’un mode de production donné, et qu’il ne s’agit pas d’identifier idéellement une définition générale du « mode de production socialiste », avec des formes concrètes particulières de ce mode ayant historiquement existé (en Union soviétique par exemple), et plus encore avec l’idée que l’on peut s’en faire. Cette mise en rapport d’une définition et des existences concrètes, ne peut procéder que de l’analyse concrète.

Définition

 Le mode production socialiste ou communiste se caractérise par :

– l’organisation sociale consciente unifiée de la production et de la répartition sociale ;

– fondée sur la reconnaissance effective du caractère social historiquement développé des forces productives et du produit social ;

– ayant pour finalité la satisfaction des besoins des hommes en société ;

dont les conditions sont :

– la propriété sociale des moyens de la production sociale, et du produit ;

– la contribution à la production sociale de tous les membres valides de la société.

Par conséquent le mode de production socialiste,

– est mode de résolution des contradictions et défauts des modes de productions antérieurs ;

– il crée les conditions matérielles, et seulement matérielles, de l’émancipation des hommes au regard de leurs créations et de leurs propres rapports.

Commentaires

1. Organisation sociale consciente unifiée de la production et de la répartition sociales

La production est réalisée selon un plan d’ensemble, à l’échelle de la société, tenant compte des moyens dont la société dispose, de ceux qu’elle peut créer, des buts productifs qu’elle s’assigne, des besoins sociaux qu’elle reconnaît.

La société, par le pouvoir politique, cadre la mise en œuvre de la production et de la répartition du produit, en fonction des besoins de la consommation des individus et des besoins de la consommation productive, dans laquelle les produits d’une fabrication sont moyens de production d’une autre fabrication.

Organiser la production de façon unifiée à l’échelle sociale, permet la prévoyance sociale. Prévoir les besoins des individus, de la société dans son ensemble, prévoir les besoins combinés, interdépendants, des différents secteurs et branches de production, pour renouveler de façon cohérente la production, et l’élargir ; effectuer des réserves, tenir compte des activités utiles non directement productives, tenir compte des besoins des personnes non valides, etc.

C’est reconnaître comme des créations des hommes eux-mêmes les conditions sociales, qui se présentaient et agissaient jusqu’alors comme si elles étaient des forces naturelles.

Les hommes maîtrisent leurs conditions matérielles d’existence au lieu d’être assujettis par elles.

2. Les traits fondamentaux vus ci-dessus manifestent la reconnaissance effective du caractère social des moyens de production et des produits.

Ce caractère social n’est pas une invention du mode de production socialiste. Il est objectivement créé par la production marchande et développé par la production capitaliste. Cependant le capitalisme ne peut reconnaître socialement ce caractère social auquel il oppose nécessairement sa logique propre déterminée par la propriété privée des moyens de production et du produit, et par le but d’accumulation de richesse sous forme de capital.

3. Organiser à l’échelle de la société, planifier, la production de biens socialement utiles suppose la réunion de conditions : suppression du caractère privé de la propriété des moyens de production, passage de la propriété privée des moyens de la production sociale à la propriété sociale des moyens de production.

La propriété sociale des moyens de production est une condition de la réunion du producteur et des moyens de production, à une échelle supérieure à celle de leur unité dans la production marchande simple, que la production marchande capitaliste a détruit. Historiquement, la dissociation du producteur immédiat et des moyens de production a constitué une forme progressive de socialisation de la production par le capital. Le mode de production communiste réalise le second et dernier mouvement de ce progrès, qui renverse en le dépassant celui réalisé dans le procès capitalisme, en recréant l’unité du producteur et des moyens de production comme facteurs de production directement sociaux.

La forme marchandise de la force humaine de production n’est plus la condition de la production. La force de travail humaine se présente directement en sa forme sociale. Sa mise en œuvre n’est plus dépendante de la réalisation des buts du propriétaire privé des moyens sociaux de production.

Affranchi des nécessités de la production de capital, de richesses sous forme de capital, le travail humain, peut être réglé par une autre finalité : la production de richesses réelles, sociales, socialement utiles.

Pour autant, les producteurs ne produisent pas au petit bonheur, selon de critères subjectifs, en raison des cadres étroits des unités singulières de la production immédiate. Les forces humaines de production, de même que les moyens de production, qui ne se trouvent plus sous l’autorité du capital et de sa finalité propre, restent cependant soumis à une exigence : la satisfaction sociale des besoins humains. Ce qui se manifeste pratiquement dans un Plan, requérant une activité sociale particulière consistant à penser les mouvements de la production, recenser, définir, anticiper et prévoir, combiner, répartir, etc. Cette activité n’est pas spontanément sécrétée par le processus de production immédiate.

– Les produits composant le produit social, peuvent se présenter comme analogues aux produits marchands dans la mesure où ils portent une valeur d’usage et renferment du travail humain (le travail humain concret reste dans le communisme le facteur essentiel de la production et de son développement). Cependant, le produit social dans le mode de production socialiste ne revêt pas la forme marchandise, il n’est pas créé en vue d’une finalité marchande, mais directement en vue de la satisfaction des besoins sociaux. Les facteurs de création de la richesse, la force humaine et les moyens de production, ne sont pas marchandises, ils ne doivent pas exposer autre chose que leur utilité sociale pour opérer dans la production.

4. Outre sa place dans la sphère de la production immédiate, le travail humain joue deux rôles :

  1. a) Il donne au travailleur un “droit de tirage” sur la richesse sociale produite : en retour de son travail, le travailleur reçoit directement de la société les moyens de son existence personnelle, et indirectement les moyens de son existence sociale (moyens d’existence de la société).

Autrement dit, chacun des membres valides, en âge de le faire, participe à la production.

  1. b) Il constitue l’un des moyens des mesures, qualitative et quantitative, nécessaires à l’organisation de la production à l’échelle sociale.

5. Comment est réparti le produit social communiste ?

a) Rappelons, comme on l’a vu point 3, que le produit social est approprié socialement, sans le détour par la forme marchandise.

b) Le produit social est réparti entre : l’entretien des forces de travail ; la reproduction des moyens de production ; la sûreté de la formation sociale ; la prévoyance sociale.

Le communisme n’a pas vocation à organiser la stagnation et le dépérissement de la production. Dans le mode de production socialiste le travail humain rend plus de richesse qu’il n’en coûte, mais l’accroissement de richesse est partie intégrante de la richesse sociale, de la reproduction élargie de celle-ci.

6. Le mode de production socialiste ou communiste porte la résolution des conditions matérielles qui engendrent les contradictions et vices des modes de production antérieurs. Il s’agit principalement, d’une part, de la contradiction entre le caractère social des forces productives, de la production, et les rapports de propriété privée des moyens de production et du produit, d’autre part, de la contradiction qui oppose l’anarchie sociale de la production et la concurrence à la cohérence de la formation sociale.

L’accroissement de la richesse sociale n’est plus dépendante d’une course aveugle, anarchique, illimitée au profit et à la conquête de marchés. Les effets de cette fuite en avant, crises de surproduction, destruction de forces productives, ruine d’entreprises, extension de l’anarchie sociale de la production à l’organisation même de la société dans son ensemble, disparaissent avec leurs causes.

Le mode de production communiste ne supprime pas toute contradiction dans la production, la contradiction est une forme de la vie, mais, étant un mode de production conscient et unifié, il traite les contradictions en sorte qu’elles ne se développent pas anarchiquement, jusqu’à devenir des antagonismes contraires à la cohérence de la production sociale.

7. Le mode de production socialiste réunit les conditions matérielles de l’émancipation des hommes au regard de leurs créations et de leurs propres rapports.

Reprenons plus complètement la citation de Marx reproduite dans le préambule :

« Le communisme se distingue de tous les mouvements qui l’ont précédé jusqu’ici en ce qu’il bouleverse la base de tous les rapports de production et d’échange antérieurs et que, pour la première fois, il traite consciemment toutes les conditions naturelles préalables comme des créations des hommes qui nous ont précédés jusqu’ici, qu’il dépouille celles-ci de leur caractère naturel et les soumet à la puissance des individus unis. [Son organisation ] est la création matérielle des conditions de cette union, elle fait des conditions existantes, les conditions de l’union. »

Les conditions qui déterminent la base matérielle de la société sont reconnues comme des créations des hommes eux-mêmes.

Les nouvelles conditions qu’ils mettent en place ne se dressent plus face à eux comme si elles étaient des forces naturelles, dans le cadre desquelles ils ne peuvent ni maîtriser leurs propres rapports, ni réaliser les finalités sociales qu’ils définissent.

Cette observation fondamentale, comme caractère essentiel du mode de production socialiste, est lourde de conséquence, pour ainsi dire.

Le mode de production communiste est le produit de la pratique des hommes, mais cette pratique dépasse le champ de la production, ce mode de production ne peut être strictement borné « à la création matérielle des conditions » comme le dit la citation, car il suppose, comme l’implique également la citation, que les hommes s’élèvent à la compréhension de conditions qui ne participent pas seulement du mode de production en tant que tel, mais aussi des conditions générales d’être et d’existence d’une société, d’eux-mêmes comme sujets conscients formant celle-ci.

Autant dire que le mode de production socialiste ou communiste, comme forme des conditions matérielles de l’émancipation des hommes, suppose qu’ils aient accédé, effectivement, aux formes sociales et politiques de cette émancipation.

Le temps de la réalisation du mode de production socialiste, comme condition matérielle de l’émancipation et le temps d’intégration des formes non matérielles de celle-ci, sont très différents ; leurs genèses respectives sont deux procès distincts, les conditions matérielles du mode de production socialiste sont directement entées sur celles du mode de production capitaliste dont elles sont le renversement radical, les conditions sociales et politiques résultent d’un long procès historique, de structuration du groupement humain, de la formation sociale.

L’établissement d’un mode de production communiste peut commencer là où les conditions non matérielles, d’ordre politique, ne sont pas réunies, mais sans leur réalisation il ne peut être développé jusqu’à sa perfection, ni survivre durablement.

 

Creative Commons License
Contenu sous licence Creative Commons 4.0 International. Reproduction et diffusion non commerciales autorisées à condition de citer la source.