S’orienter en politique. 3. Le processus de la connaissance.

Le Sujet de la connaissance et l’Objet à connaître

On abordera dans un autre cours les cadres de pensée et les méthodes qui aident à connaître les données de la réalité historique, sociale et politique. Il est nécessaire auparavant de s’intéresser aux rapports plus généraux qui s’établissent au cours de tout processus de connaissance, entre les sujets qui cherchent à connaître, et les objets à connaître : les réalités extérieures aux sujets.

PLAN
— Premières Notions : Connaissance, Théories de la connaissance, Sujet de la connaissance, Objet de la connaissance ; Objectivité, Subjectivité, Réalité.
— L’action du Sujet de la connaissance vers l’Objet à connaître
Notions : Raison, Méthode
— Le mouvement qui va de l’Objet à connaître au Sujet de la connaissance
Notions : Matérialisme, Idéalisme
— Les différents moments du processus de la connaissance
Notions : Donné, Sensation, Perception, Conception, Expérience , Pratique, Théorie
— Les deux pôles (ou sources) de la connaissance
Notions : Empirisme, rationalisme dogmatique
— Schéma récapitulatif
— Connaître pour s’orienter. Quelques remarques à propos des exposés des participants

Premières notions

On va partir de la définition de quelques mots : Connaissance. Théorie de la connaissance. Sujet, Objet, Réalité. Les définitions sont données pour faciliter la compréhension des termes utilisés. Mais par la suite, il peut être utile de se constituer des fiches de notions (incluant les débats). Les définitions ici proposées ne sont pas données comme les seules possibles (il y a plusieurs acceptions pour une même notion et de nombreux débats existent à ce propos). Les définitions retenues visent seulement à aider à comprendre le sens des questions posées. D’autres définitions peuvent être proposées dans les divers Vocabulaires philosophiques. Pour les diverses définitions, le Vocabulaire technique et critique de la philosophie, d’André Lalande, notamment, fournit des éléments de discussion.
Les données étymologiques sont proposées uniquement quand elles facilitent la compréhension du sens d’une notion. Les définitions sont données pour faciliter la compréhension des termes utilisés. Par la suite, il peut être utile de se constituer des fiches de notions (incluant les débats).

Connaître, Connaissance : Connaître, c’est avoir présent à l’esprit un objet de pensée, vrai ou réel. Cela implique que l’on ne confond pas l’objet et la pensée (pour laquelle cet objet est présent).
Donc, connaître est un acte de la pensée qui pose clairement l’objet en tant qu’objet distinct du sujet (1). C’est aussi un acte de la pensée qui vise à définir clairement la chose à connaître, ce qu’elle est en elle-même, même si c’est de façon partielle.
Enfin la connaissance est aussi le contenu des connaissances qui résultent de l’acte de connaître

Les théories de la connaissance concernent l’étude du rapport entre le sujet et l’objet dans l’acte de connaître. Mais aussi comment la connaissance (humaine) est-elle possible ?
Et encore la question : Dans quelle mesure ce que les hommes se représentent est-il conforme à ce qui est dans les choses, dans la réalité. La valeur et les limites de la connaissance humaine.
Et, quelles sont les lois, moyens, méthodes, outils, qui permettent de connaître les choses.

Le Sujet (de la connaissance), c’est l’être qui connaît, considéré non dans ses particularités individuelles (subjectivité), mais en tant qu’être pensant, dans son caractère universel, capable de poser un objet de connaissance, en tant qu’unité des représentations.
Si la conscience du sujet était un simple dérivé de l’objet, on ne pourrait y trouver autre chose que ce qui se présente immédiatement dans les phénomènes apparents, comme si les choses pouvaient se connaître elles-mêmes et exposer directement la connaissance de leur structure profonde.

Subjectivité, subjectivisme : Ce sont les conceptions, opinions, valables seulement pour un sujet ou des sujets particuliers. Dans la subjectivité, il y a intervention d’autres éléments que la raison : des passions, des intérêts, des expériences particulières. Il existe aussi des subjectivités de groupes, de classes (qui peuvent avoir un point de vue particulier sur les choses en raison d’éléments d’expérience commune).
Subjectivisme : Doctrine qui ramène toute la pensée à la pensée individuelle (ou à celle d’un groupe, d’une classe).

Objet (pour la connaissance) : Objet est ici pris au sens de chose. C’est la chose qui se trouve placée devant nous (donc hors de nous). Ce que l’on vise à connaître.
Ce qui possède une existence en soi, indépendante de l’idée qu’on peut en avoir.
Ce qui nous est présenté indépendamment des désirs, opinions, de nature individuelle, subjective.

Objectif (au sens d’objectivité) : est opposé à subjectif, subjectivisme.
Ce qui est valable pour tous les esprits et non seulement pour tel ou tel individu.
Une connaissance objective est en conformité avec la nature de l’objet, ou dans une correspondance la plus exacte possible.

Réalité, réel (de rem, chose) : les mots choses et réalité ont la même racine. Le réel, c’est ce qui est (des choses, des faits, mais aussi des constructions humaines, telles que la république ou “chose” publique, et même des idées, en tant qu’elles ont une réalité indépendante de la conscience qu’on peut en avoir, à un moment donné).
Du point de vue de la connaissance, la réalité c’est ce qui constitue le matériau, les contenus de la connaissance, ce qu’il y a à connaître pour les sujets.

Se poser la question « Comment fait-on pour connaître la réalité ? »

Ceux qui suivent ce cours se sont efforcés, en fonction des connaissances dont ils disposent de répondre à cette question.
On notera ici les réponses qui ont été données par un groupe de travail ayant participé à une session de travail.
En analysant les diverses réponses, on constate que c’est surtout sur l’aspect du comment faire que celles-ci ont été centrées. La centration sur le comment faire indique que les participants ont bien vu que c’était toujours un Sujet qui était impliqué dans le processus de la connaissance et qu’il devait jouer un rôle actif. Mais la question des moyens, du chemin à suivre, pour connaître en général a été abordée par une série de mots, plus que par la définition de procédures concrètes.
On va s’intéresser d’abord aux réponses qui supposent l’action à accomplir pour un Sujet s’il veut connaître un Objet, une réalité donnée.

L’action du sujet qui veut connaître vers l’objet à connaître : S –> O.
(Synthèse des réponses centrées sur l’action du sujet de la connaissance vers l’objet à connaître)

Beaucoup de choses ont été dites par les participants sur ce que fait (ou devrait faire) S (le sujet de la connaissance), pour connaître O (l’objet à connaître).
— Plusieurs ont insisté sur la nécessité d’entrer en contact avec la réalité. Sous diverses formes. Certains parlent de se confronter avec la réalité, ce qui suggère l’idée d’expérience – directe ou indirecte – et aussi de lutte, d’effort, l’idée que la connaissance d’un chose extérieure ne se donne pas de façon évidente à partir d’elle-même.
Il a été aussi parlé d’observer, d’examiner, décrire, faire des enquêtes, recueillir, collecter des données. Il y a l’ébauche d’une méthode visant à dépasser la simple mise en contact, au gré de l’expérience.
— L’idée d’analyser est aussi présente, et pose bien le versant actif de la connaissance : « décortiquer », et sur cette base classer, regrouper des données, chercher des relations, des liaisons, des contradictions, etc. Il y a peut-être là l’idée de synthétiser les données de l’analyse, voire de chercher les déterminations essentielles (les matrices) des choses de la réalité, pour les conceptualiser. Le rôle actif du sujet de la connaissance, de son activité rationnelle est ici signalé (mais cela peut sembler se faire spontanément sans qu’on mentionne le rôle de la raison, du raisonnement).
Le plus souvent il n’est pas précisé en quoi consiste vraiment le travail d’analyse et de synthèse, comment on procède (méthode).
— Quelques-uns cependant se préoccupent explicitement des outils, de la méthode, de la démarche à mettre en œuvre, c’est-à-dire des moyens termes, des médiations, qui permettent à un sujet de faire le travail d’analyse de l’objet, pour le connaître. Il est parlé de plan d’investigation, de construction, de formalisation, de vérification, de théorie, de cadres de pensée, de savoirs accumulés, etc. Des mots sont utilisés, mais on ne sait pas toujours si cela correspond à une idée précise de méthode ou de procédure.
Il est extrêmement rare que soit évoquée la nécessité d’appliquer des principes de la raison, de logique (formelle et/ou dialectique), ou des processus pour parvenir à penser les choses (induction, déduction, etc.), d’appliquer à l’objet à connaître des catégories de pensée (causalité, principe de non contradiction, etc.)
— Il est fait aussi mention de la réflexion consciente, ce qui souligne ici encore le caractère actif du sujet de la connaissance, mais sans préciser en quoi consiste le travail de réflexion consciente.
— Les difficultés, les obstacles que l’on rencontre dans le processus de connaissance sont rarement évoqués.
Ce qui conduit à interroger les notions de raison, méthode. [Dans une autre école on abordera des notions qui touchent à la logique (naturelle, formelle, dialectique), d’induction, déduction, analyse, synthèse, etc.

Notions : Raison, Méthode

Raison : C’est une faculté propre à l’homme qui dépasse, sans les nier, les données des sens. C’est la faculté de juger, discerner, de poser des rapports, de combiner des notions, des propositions. L’usage “raisonné” [méthodique] de la raison est spécifique de l’homme et le distingue de l’animal.
Dans le détail, c’est la mise en œuvre d’un ensemble de principes logiques, de notions, de catégories.
La raison, en tant que “logique naturelle”, propre au genre humain, est la même pour tous les hommes, contrairement à l’expérience, propre à chaque individu. L’usage de la raison est donc indispensable pour que les connaissances ne restent pas limitées à ce qui peut se constituer sur la base d’expériences purement subjectives.
La mise en œuvre de catégories et procédures rationnelles, est un outil pour la connaissance, pour saisir la « raison des choses », c’est-à-dire leurs déterminations essentielles, “mettre en forme”, unifier les représentations, parvenir à les conceptualiser.
L’usage de la raison est indispensable dans le processus de la connaissance, en tant que la raison est une faculté supérieure qui permet de faire la synthèse des représentations de l’entendement, qui lui-même fait la synthèse des éléments sensibles.

Méthode : C’est le chemin à suivre pour parvenir à un certain résultat, la poursuite d’un effort pour atteindre un but. L’idée de chemin signifie que l’on s’engage dans une voie qu’on trace de façon raisonnée dans une direction donnée, et non au petit bonheur.
On suit une direction définissable (tracée à l’avance) et régulièrement suivie dans une opération de connaissance.
C’est aussi l’ensemble de procédures qui ordonnent la marche de la pensée, ou encore un programme réglant d’avance une suite d’opérations à accomplir, et signalant les errements à éviter.

Reprise des réponses données à la question : « Comment fait-on pour connaître la réalité ? »
On s’intéresse maintenant aux réponses qui ne partent pas du sujet de la connaissance, mais de l’objet à connaître.

Le mouvement qui va de l’Objet à connaître au Sujet qui cherche à connaître : O –> S
(Synthèse des réponses centrées qui vont de la chose à connaître au sujet de la connaissance)

Il a été bien compris que ce qu’il y a à connaître c’est la réalité, les choses, et non de se “triturer” la cervelle à vide, en imaginant que les contenus des choses y seraient directement inscrits, soit parce qu’on estime qu’on est le plus intelligent, le plus génial, ou qu’on est directement inspiré par Dieu.
— Plusieurs réponses ont insisté sur le fait que la connaissance de l’objet n’est pas spontanément dans la tête du sujet (même s’il dispose de bonnes catégories de pensée), qu’il faut prendre comme point de départ de la réflexion un contenu, un objet. Cela est formulé par des remarques telles que : « il faut être objectif ». Ou encore « il faut être matérialiste ». Ce qui peut vouloir dire, qu’il faut chercher à penser l’objet en tant qu’il existe indépendamment de notre conscience. Mais le sens des formules, « il faut être objectif » ou « matérialiste » n’est pas forcément clair pour tous.
Dans le détail, il est indiqué : « il faut partir de l’objet, des choses réelles ». Ce qui peut être précisé ainsi : « Il faut partir de la réalité, et non de ce que l’on perçoit ou de ce que l’on ressent » (car cela impliquerait une certaine confusion entre sujet et objet de la connaissance). Ou : « il faut voir que la réalité est d’abord indépendante de nous, on ne peut donc la connaître immédiatement, sauf quelques apparences ». Ou encore : « il faut clairement distinguer la réalité de notre pensée, ce sont deux choses différentes », « chercher la vérité de la chose », la « logique de la chose », se la re-présenter, au-delà des perceptions immédiates. Il faut travailler à « chercher les déterminations essentielles » des choses, c’est-à-dire les conceptualiser.
Les limites de la connaissance sont abordées, en insistant surtout sur les limites des connaissances individuelles par rapport au développement général, historique des connaissances collectives. La question des limites générales de la connaissance humaine n’est pas posée explicitement. On va essayer de les analyser. Les limites dans le processus de la connaissance découlent — d’une part, du fait que la raison ne peut avoir, pré-inscrites dans la pensée, les choses qui sont extérieures à elles, — et d’autre part, du fait qu’on n’est pas non plus “dans les chose en elles-mêmes”, que les choses n’ont pas la connaissance d’elles-mêmes et ne peuvent par conséquent nous transmettre magiquement cette connaissance.
Avant d’aborder les réponses qui ne semblent prendre en compte que le point de départ du processus de la connaissance (la réalité), on va s’interroger sur les différentes conceptions de la connaissance, en premier lieu la conception matérialiste, puis plus brièvement la conception idéaliste.

Notions : Matérialisme, Idéalisme

Il existe deux grandes façons de poser la notion de matérialisme : Soit par rapport à la “matière”, au sens des physiciens, la matière « matérielle », le matériau pourrait-on dire ; soit, par rapport à la théorie de la connaissance, qui a pour objet, comme on l’a vu, le rapport entre pensée et réalité. C’est cette deuxième conception du matérialisme qui est prise en compte dans le marxisme.

—Voyons d’abord le premier sens de Matérialisme au sens de la composition des choses, des êtres.
C’est une conception, celle d’Aristote notamment (2), selon laquelle la matière existe toujours dans des formes déterminées, et qui pose en corollaire qu’il n’existe pas de forme sans matière. Forme et matière étant toujours combinées dans les choses, les êtres.
Ici la matière est l’élément potentiel, indéterminé, c’est-à-dire n’ayant pas de réalité sans une forme donnée (qui lui donne sa détermination).
Matière, materia en latin, veut dire bois. On va prendre cet exemple pour comprendre le rapport entre matière et forme dans les choses, les êtres.
Dans un arbre (concret) il y a toujours une “substance” (du bois), et une forme spécifique, qui est celle de l’arbre. Il n’y a pas dans la réalité de matière bois “pure” (informe). C’est seulement dans la pensée que l’on peut séparer la matière et la forme des choses. Dans la composition des choses en bois, il y a une substance bois indéterminée (informe), et diverses formes concrètes pour ce matériau : la forme arbre, mais aussi la forme de choses construites, telles qu’une une table, une chaise, un navire, etc. (Voir Pierre Aubenque, Forme et matière chez Aristote).

— Le deuxième sens qui nous intéresse pour la question d’aujourd’hui c’est le Matérialisme dans son rapport à la théorie de la connaissance.
On peut mentionner d’abord une conception faussement matérialiste, qui pose qu’il n’existerait qu’une seule substance des choses, des êtres, qui serait la matière “matérielle”, dont les idées ne seraient qu’une émanation. Ou encore qui imagine que les idées se réduisent à leur base matérielle dans le cerveau, sous forme de « réseaux pré-câblés » qui tiendraient lieu de pensée. Ce qui est purement idéaliste.
Le véritable matérialisme, en matière de théorie de la connaissance, est assez bien défini par Lénine dans son Introduction à Matérialisme et empiriocriticisme.
Le matérialisme, dans son rapport à la théorie de la connaissance, pose l’existence de deux plans (ou domaines) de la réalité : les choses, la matière (au sens de tout ce qui est), et, les idées, les représentations que les hommes s’en font.
La matière ici n’est pas limitée à la matière au sens physique (ou encore aux matériaux), c’est ce qui existe, dans son indépendance, hors des représentations que l’on peut en avoir [y compris ce que l’on pourrait nommer la “matière sociale” : les diverses déterminations de la réalité sociale, y compris les idées qui y ont été forgées].
Dans le cadre de la théorie de la connaissance, la matière ne signifie pas ce que l’on touche, qu’on voit, ou seulement ce qui dispose d’une substance qu’on peut saisir par les sens. Le mot Matière, dans le cadre de la théorie de la connaissance sert à désigner les choses, les différents aspects de la réalité, le monde, en eux-mêmes, dans leur extériorité par rapport à la conscience qu’on peut en avoir.
— Le plan de la matière est posé comme premier (ce qui ne veut pas dire unique). Mais il y a aussi le plan des idées en tant que représentation des choses, des phénomènes. Autrement dit, il faut que des choses, des réalités existent d’abord, pour qu’on puisse les penser. On ne peut penser que ce qui est (ou peut être).
— Le plan des idées concerne le domaine des représentations de différentes sortes de réalité. Ces représentations sont justes ou fausses, correspondent parfaitement ou non à la réalité, ce sont des “reflets” plus ou moins fidèles de ce qui est. Le mot reflet étant à prendre au sens de réflexion de la matière dans la pensée et non copie mentale jaillissant ou émanant directement des choses dans notre cerveau.

Idéalisme : le mot est formé d’après Idée en grec idea : apparence, conception de l’esprit, image, forme.
La définition de l’idéalisme est plus difficile encore à donner que pour le matérialisme, car les deux sens : de quoi sont formées les choses selon l’idéalisme, et, qu’est-ce que l’idéalisme (selon la théorie de la connaissance), peuvent être encore davantage confondus que pour le matérialisme.
Dans l’idéalisme immatérialiste (tel celui de Berkeley) : il y a négation de la réalité de l’existence des choses matérielles, en dehors de nous. La vraie réalité serait dans les idées par opposition aux choses matérielles. La réalité, changeante et précaire, ne serait qu’une apparence.
Une autre forme plus générale de l’idéalisme, consiste à poser que l’idée est première, existant avant les choses et se réalisant en elles. Il n’y a pas ici négation de l’existence de deux plans distincts (idée des choses, et choses), ni, par conséquent, négation de la réalité extérieure, mais on imagine que les idées “s’incarnent” dans les choses.
Du point de vue de la théorie de la connaissance, l’idéalisme consiste à poser que les idées des choses sont premières, et non des représentations abstraites des choses elles-mêmes.
L’Idéalisme subjectif : ramène pour sa part toute la pensée à une pensée individuelle (ou de groupe, de classe).
C’est peu différent du subjectivisme ou solipsisme : (solus ipse, seulement moi-même), qui pose comme une évidence absolue les contenus de pensée du sujet individuel (ou des subjectivités de groupe).

Les différents moments du processus de la connaissance

Si l’on poursuit l’analyse des réponses à la question « Comment fait-on pour connaître la réalité ? », on peut essayer de dégager les différents moments du processus général de la connaissance, sur la base d’une conception matérialiste.
Plusieurs réponses, on l’a dit, insistent sur le fait que la connaissance de l’objet a pour point de départ la réalité. Mais certains ne font pas état du rôle actif du sujet de la connaissance à partir de ce point de départ. Tout se passe comme si la connaissance pouvait surgir directement des choses dans l’esprit, par les sensations, l’expérience, sans travail d’élaboration spécifique de la pensée, guidée par la raison.
Certes, on part bien des choses à connaître, des informations qu’elles pourraient donner par l’intermédiaire des sens. Et c’est un point important. Comme les partisans de la théorie de la connaissance d’Aristote l’indiquaient : « il n’y a rien dans l’intelligence qui n’ait d’abord été dans les sens ». Mais ce qui n’est qu’un point de départ de la connaissance peut sembler déboucher spontanément sur une véritable connaissance, une conceptualisation des choses. Ce que semble suggérer une expression chinoise que citait le dirigeant communiste Mao Zedong (ou Mao Tsé Toung) — à propos du passage de la sensation au concept — « Il suffit de froncer les sourcils et un stratagème vient à l’esprit ».
Bien qu’elle ne reflète probablement pas le fond de la pensée de ce dirigeant, cette formule pose problème.
Car on peut, à partir de cette formule, s’imaginer que les sens nous donnent des informations, qui vont au cerveau déjà structurées ou s’y organisant d’elles-mêmes en connaissance véritable, sans travail actif de la pensée du sujet, orientée par la raison.
On peut aussi imaginer que l’expérience fournirait directement la connaissance, sans élaboration pensée, sans méthode.
Certains imaginent lever la difficulté en parlant de “va-et-vient” entre expérience et connaissance, théorie et pratique, sans établir par quel travail propre de la pensée se construit la connaissance des choses, la théorie. Et surtout sans voir clairement en quoi consiste le moment propre de la théorie dans ce va-et-vient.
On peut aussi penser que la connaissance n’est utile que quand elle sert directement l’action, la pratique, qu’il ne faudrait pas viser la connaissance pour elle-même. Ce qui peut conduire à des impasses, notamment en matière politique, car on ne voit que ce qui sert immédiatement l’action, et non en quoi elle est ou non possible.
Ce qui conduit à s’interroger sur de nouvelles notions.

Notions : donné, sensation, perception, conception, pratique, théorie, expérience.

Plusieurs ont parlé de données, de la nécessité de « recueillir des données ».
— Le donné comporte l’idée d’un don du sort, qui est précisément donné sans qu’on n’ait à intervenir. Le donné c’est ce qui est immédiatement présenté à la conscience (au sens passif) avant que la pensée n’en fasse une élaboration construite (3).

En relation avec le donné, il y a la sensation. La sensation, ce que l’on sent, est une donnée brute des sens en réaction à un stimulus. Ou, ce qui se donne immédiatement par les sens, sans élaboration par la pensée.
Exemple : la simple vision et le toucher d’une montre ne permet pas de savoir ce qu’est une montre pour quelqu’un qui n’en a jamais vu et n’en connaît pas l’usage.
On voit que la sensation, dans son caractère brut, est presque impossible à saisir dans sa pureté, car elle est presque toujours intégrée dans une perception.
A noter que la distinction entre le stimulus et la sensation n’est pas toujours nette pour la conscience (par exemple on peut dire « ça me pique », en mélangeant le stimulus et la sensation qu’il déclenche).
Les sens ne trompent pas, ils transmettent bien une réaction spontanée à un stimulus. Mais l’interprétation des données par le cerveau ou la conscience, peut être source d’erreurs, en mettant en relation des données qui ne sont pas systématiquement liées dans la réalité (contingentes ou fruit du hasard). C’est ce que signifie l’expression « chat échaudé craint l’au froide ». Le chat n’a pas été trompé par ses sens : l’eau qui l’a ébouillanté était bien chaude, mais son cerveau a établi une relation entre eau et chaleur, qui est fortuite, occasionnelle, dans la réalité.

Sensualisme : Doctrine selon laquelle toute connaissance vient des sens et d’eux seuls.

Perception, percevoir : Il y a l’idée de saisir entièrement les données d’une chose. La perception est une organisation des sensations par la pensée, en les interprétant, ou les complétant, par des images, des souvenirs, des connaissances, des cadres de pensée, etc.
La distinction sujet /objet est ici claire.
Il y a intervention de cadres perceptifs de mise en relation, se fondant sur des rapports plus stables. Si l’on reprend l’exemple de la montre, on fait intervenir des cadres perceptifs déjà construits de ce que c’est qu’une montre, sa forme, son usage, qui guide l’interprétation des sensations.

Conception, Concevoir : Il y a l’idée de contenir en soi l’idée complète (unifiée) d’une chose. Concevoir est une opération de la pensée consistant à construire le concept d’une chose, dans ses déterminations essentielles, ses rapports internes, son unité.
Le travail de conceptualisation est le résultat de processus d’abstraction, car les déterminations essentielles qui forment les choses ne se présentent pas directement, immédiatement, dans les choses elles-mêmes, et ne peuvent en général pas être saisies par les sens, ni même par la simple perception.
Différence entre concept et idée générale d’une chose : On emploie parfois indifféremment les mots concept et idée générale. L’idée générale se limite à percevoir le général dans le particulier (par exemple voir qu’un peuplier, un sapin, un pommier, rentrent dans le genre, l’idée générale d’arbre). L’idée générale ne donne pas comme le concept, les déterminations essentielles de ce qui constitue, forme un arbre, au-delà de la diversité des apparences. Il vaut mieux réserver le mot concept à ce qui résulte du travail de conceptualisation qui donne les déterminations essentielles d’une chose.

Expérience : Idée d’éprouver, risquer.
Du point de vue du sujet, c’est l’exercice de facultés dans une relation à la réalité. Toutefois le contenu de l’expérience provient de l’extérieur par l’intermédiaire des sens.
Les facultés requises dans l’expérience ne sont pas spécifiques du genre humain, certains animaux peuvent développer des connaissances primaires sur la base de leur expérience. Dans l’expérience humaine, comme dans la perception, se mêlent toujours des éléments de connaissance.
L’expérience peut se borner à éprouver quelque chose, comme phénomène transitoire, elle peut aussi élargir le champ de notre connaissance de la réalité, mais ces éléments de connaissance sont limités aux phénomènes qui ont été mis en contact avec un individu donné.
A la différence de la raison et de ses règles, l’expérience est propre à chaque individu et peut être différente d’un individu à l’autre. Par conséquent, les éléments de connaissance qu’elle permet de développer ne peuvent porter que sur le particulier et non sur le général. Des éléments d’expérience peuvent cependant être communs, en matière sociale, pour les individus d’une même nation, d’une même classe. L’expérience n’en reste pas moins particulière et non générale.
A la différence de la pratique, l’expérience n’est pas nécessairement associée à une action, à un acte pour faire, transformer.
De plus, l’expérience n’est pas forcément intentionnelle, contrairement à l’expérimentation et à la pratique, qui posent des objectifs et des moyens pour connaître les déterminations des choses (aller au delà des apparences).

[A propos de l’expérience, il faut noter qu’il y a dans l’exposé une difficulté (qu’on ne résoudra pas), dans la mesure où l’on traite à la fois, sans les distinguer clairement, du processus individuel de la connaissance et du processus général. Si l’on s’intéresse au processus général de la connaissance, en considérant le sujet abstrait, universel de la connaissance, l’expérience est à considérer comme première phase indispensable de ce processus, phase qui permet la mise en contact avec les objets à connaître. L’expérience (directe ou indirecte) est ici posée dans son rôle, sa fonction, universelles, dans le processus général de la connaissance. Ce qui ne signifie pas qu’elle donne en tant que telle, une connaissance complète des choses (la phase de l’élaboration pensée est-elle aussi indispensable). Dans sa fonction universelle, l’expérience peut cependant être posée aussi comme un lieu de vérification des connaissances, où peut se réaliser un accord entre les hommes (pourvus qu’ils soient sains d’esprit !).]

Pratique : (du grec praktikon : idée de faire). La pratique est l’exercice d’une activité volontaire (au sens d’intentionnelle), visant à la transformation de ce qui nous entoure. C’est donc une activité en fonction d’un objectif, préalablement posé (en idée), en fonction de connaissances (et de l’usage de la raison), posant des moyens pour atteindre l’objectif désigné. L’exemple en est le travail humain, tel que le théorise Marx dans le Capital.
La pratique n’est donc pas une simple confrontation spontanée, non réfléchie, avec des données immédiates de la réalité. Un praticien est un homme qui appuie son action sur une connaissance élaborée, des données théoriques, des objectifs déterminés.

Théorie Le mot est en relation avec la racine grecque theatrom (théâtre). Il ne s’agit pas ici de transformer, mais de contempler, regarder, dresser un tableau synthétique des choses, donnant les moyens le cas échéant de guider l’action.
La théorie se positionne dans le registre de la conception. C’est une construction spéculative de l’esprit, établissant des relations, rattachant des conséquences à des principes, une conception méthodique, systématique, visant à la connaissance profonde des choses, ou une large synthèse se proposant d’expliquer un grande nombre de phénomènes.
A noter que toutes les connaissances ne sont pas d’ordre théorique.

On va reprendre le fil de l’exposé en s’intéressant aux deux pôles dans le processus de la connaissance.

— Les deux pôles dans le processus de la connaissance

On a vu, au travers des réponses données par les participants, que le processus de la connaissance réclamait un Sujet actif, et qu’il devait tenir compte de deux sources, ou plutôt deux pôles, pour élaborer des connaissances : les données des choses à connaître (les contenus), et, le travail de la pensée avec usage de la raison, raisonnements (la mise en forme des idées sur les choses).
Bien que dans les réponses aux questions, on se soit centré sur le comment, plus que sur cette question des deux pôles dans le processus de la connaissance, personne ne semble imaginer que la pensée, ou la raison, possèdent toutes faites la connaissance du contenu des choses, qu’il y aurait un savoir inné. Il peut cependant arriver que l’on fasse comme si tout devait se trouver déjà dans notre cerveau, sans travail de la pensée, que ce serait un signe de notre intelligence, et que celle-ci serait innée. Inversement certains peuvent penser que si l’on ne sait pas, ou qu’on se trompe, c’est qu’on est stupide.
Dans tous les cas, on néglige : soit le point de départ de la connaissance, soit le fait que la connaissance résulte d’une élaboration, d’un travail spécifique, de la pensée, guidée par la raison, avec des méthodes, des outils. Il y a différentes façons d’évacuer la nécessité de ce travail pour progresser dans la connaissance : soit on pense que la matière agit sur nos sens et que l’idée va jaillir d’elle-même, soit on pense que le ciel, Dieu, nous révèlent directement dans le cerveau les idées des choses, ou encore que l’on est tellement génial qu’on a l’idée des choses en nous-mêmes.
Si l’on reprend maintenant l’ensemble des réponses à la question : « comment fait-on pour connaître la réalité », on voit que les deux points de départ, de nature et de rôle différents, ont bien été posés : le sujet de la connaissance, et, la réalité à connaître, Ils se présentent tous deux comme nécessaires dans le processus de la connaissance. Mais sans toujours voir la relation entre les deux et le rôle différent des deux pôles.
Le point de départ est dans la réalité à connaître, dans l’Objet, car c’est là que se trouve le contenu sur lequel la pensée peut s’exercer. C’est un pôle passif, mais indispensable. Les sensations, l’expérience, permettent d’entrer en contact avec les choses à connaître, directement ou indirectement, pour un individu donné ou pour l’homme en général.
Le pôle actif n’en reste pas moins du côté du Sujet de la connaissance. Ce qui veut dire que la connaissance est toujours connaissance humaine. Si l’on excepte Dieu, il n’y a pas à proprement parler d’autre connaissances que les connaissances humaines (la réalité, les choses ne se pensent pas elles-mêmes). Enfin, il faut comprendre que pour que le sujet puisse penser les choses, il a besoin de faire agir sa raison, il a besoin de méthode, d’outils, pour appréhender la réalité, les déterminations essentielles des choses que les apparences ne révèlent pas.
[Pour avoir une idée générale de la Méthode qu’applique Marx, on peut se référer à « La méthode de l’économie politique », dans son Introduction à la critique de l’économie politique (1857) (4)].
Donc, premier écueil, penser que les sens, l’expérience, donnent directement la connaissance. C’est la doctrine empiriste. Mais il existe un écueil contraire, penser que l’usage de la raison suffit pour connaître les choses. Bien que dans les réponses aux questions, cela n’apparaisse pas en tant que tel, on abordera ainsi le problème des doctrines qui imaginent que la raison possède en elle toutes les données de la connaissance, sans avoir besoin de sa confrontation aux choses, et qui imaginent que les sens nous trompent nécessairement. A propos de ces doctrines qui récusent le point de départ des connaissances, on parlera moins d’idéalisme que de rationalisme dogmatique.

— Premier écueil, l’Empirisme : C’est une conception de la connaissance qui nie l’existence de principes de connaissance distincts de l’expérience, ou qui n’admet pas que la pensée, la raison, aient des lois propres, différant de celles de choses connues. En conséquence, on fait reposer la connaissance sur l’expérience seule.

— Deuxième écueil, le Rationalisme (dogmatique) qui imagine que toute connaissance certaine vient de principes irrécusables, évidents, de la raison, dont elle est la conséquence nécessaire, et que la connaissance vient de ces principes rationnels, et d’eux seuls. Et, qu’en conséquence, les sens, mais aussi dans une certaine mesure l’expérience, ne peuvent que nous entraîner dans l’erreur.

Pour que le processus de la connaissance puisse se développer, il faut donc lutter sur deux fronts :
— Ne pas penser que toutes les connaissances viennent déjà construites dans la pensée par les sens, l’expérience. Ou encore imaginer qu’on peut développer des connaissances sans respecter les règles du raisonnement. Ou chercher dans les profondeurs secrètes une vérité des choses qui serait directement révélée. Sans qu’il y ait besoin de cadres, de formes, de raisonnements pour penser le contenu des choses.
— Ne pas penser qu’on a la connaissance des choses déjà “pré-formée” dans la tête, ou que l’usage de la raison suffit pour connaître les choses de la réalité. Confondre les idées et l’ordre réel des choses. Imaginer qu’il est possible de faire dériver à l’infini un concept à partir d’autres concepts, uniquement par déduction, sans contenu nouveau tiré de l’expérience.
L’usage de la raison est indispensable pour connaître, mais on doit voir ses limites, elle ne donne que les cadres, que les formes de la connaissance, et a besoin de contenus à penser. Les contenus des concepts ne peuvent être tirés que de l’expérience, grâce à la faculté de penser qui permet de transformer une représentation sensible en un objet de connaissance.
Si les intuitions sensibles, sans cadre pour les penser, sont aveugles, la raison pure, spéculative, sans contenu, est vide.
Les données des sens, ce qui apparaît au sujet, sont la cause initiale du processus de la connaissance. Mais la sensibilité ne livre des contenus que sous forme d’un magma confus.
Il faut que la raison (et ses règles) donne des cadres de pensée universels pour penser le contenu des choses. Le sujet de la connaissance peut alors se rapporter à la chose à connaître, dans sa logique propre, hors des impressions immédiates données dans les sensations. Les concepts sont des produits de l’intellect qui correspondent à la logique interne des choses, et non pas aux sensations que suscitent ces choses en nous.
Il faut donc considérer les deux pôles dans le processus de la connaissance, qui relèvent de principes distincts : la sensibilité, et, la raison. Considérées isolément ces deux sources ne permettent pas le développement du processus. C’est le sujet de la connaissance qui effectue la mise en relation entre des contenus et les cadres qui permettent de les penser.
Très souvent en politique, on oscille d’un pôle à l’autre, sans se préoccuper de connaître la réalité et son devenir possible, et sans se préoccuper de disposer d’une méthode pour dégager les données essentielles (historiques et sociales) de cette réalité.

SCHEMA RECAPITULATIF
Le rôle de la pensée pour mettre en relation les deux “sources” de la connaissance

S’orienter dans la pensée
Comment s’opère précisément la mise en relation entre les deux pôles dans le processus de la connaissance. C’est une nouvelle question, assez complexe, et il faudrait une autre école pour l’aborder. On s’arrêtera au seuil de cette nouvelle difficulté.
Retenons pour l’instant que le processus s’effectue en général plus ou moins bien, sans qu’on en ait posé consciemment tous les termes. La pensée, ou l’entendement, est le lieu où s’opère la synthèse, dans la mesure où la pensée s’oriente par la raison, le raisonnement. Qu’est-ce en effet que s’orienter dans la pensée : c’est faire usage de la raison.
Quand on emploie des mots tels que quoi, pourquoi, or, donc, par conséquent, pareil, contraire, principal, subordonné, etc., on mobilise le raisonnement. Le problème est qu’on le fait sans vraiment réfléchir, et qu’on ne vérifie pas toujours la logique des enchaînements de la pensée, sa cohérence.
On peut imaginer que “penser ” se réduit à enchaîner les idées qui viennent dans la tête, et non à faire usage d’un raisonnement suivi, sur des contenus déterminés. Il arrive alors que, comme pour une intervention orale non préparée, la pensée tourne en rond, ou qu’elle oublie même l’objet qu’elle était censée éclairer. Le travail directement sur ordinateur, quand on n’a pas fait de plan et de brouillons d’abord, n’arrange pas toujours les choses.
A propos des brouillons, un point mérite d’être signalé. Quand on essaie de réfléchir à un contenu, le fait en quelque sorte de poser de premières notations sur un papier, nous permet de bien distinguer entre le sujet de la connaissance et l’objet à connaître, puisqu’on a, en quelque sorte, posé cet objet devant nous. Dans le brouillon, cet objet, comme la réalité, se présente alors comme extérieur à nous, dans son aspect encore chaotique, ensemble de données confuses. On peut alors, en l’examinant comme un objet extérieur, mieux faire agir sa pensée, mobiliser le raisonnement pour évaluer la cohérence du propos, comme si l’on étudiait le texte de quelqu’un d’autre, en essayant de voir sa cohérence, les manques logiques, etc.

Quelques remarques après les exposés des participants

Lors de la première journée de l’école, il était demandé aux participants d’essayer de synthétiser ce qu’ils avaient retenu de l’ensemble de l’exposé.
Tous les exposés ont mis en avant un ou plusieurs points essentiels. Ils ont aussi fait ressortir certains problèmes, liés à des difficultés de compréhension ou à des manques, des apories de l’exposé lui-même.
Le plan a ainsi pu prêter à confusion, dans la mesure où des sous-parties, centrées sur les différents aspects des réponses données aux questions, pouvaient faire penser qu’il y avait deux “protagonistes” (quasi sujets) dans le processus de la connaissance (le Sujet et l’Objet).
Ce qui pouvait conduire à ne pas voir qu’il n’y a qu’un seul sujet qui élabore la connaissance, en tenant compte des deux “pôles” et de leurs positionnements respectifs : d’un côté matériau primaire de la connaissance, et, de l’autre, mise en forme pensée de ce matériau. (L’objet à connaître ne peut être un Sujet au sens actif du terme.)
Le Sujet de la connaissance est central dans le processus.
Il n’y a pas de nuage tout élaboré de la connaissance descendu du ciel. Il n’y a pas de brouillard de la connaissance venant de la terre (ou de la matière), qui monte en nous, tout élaboré.
La connaissance s’élabore, et pour qu’il y ait élaboration, il faut un Sujet qui ait la faculté de connaître. Donc il faut :
— un sujet de la connaissance, en tant qu’être capable de raison
— un sujet qui élabore, donc actif
— un sujet qui pose bien ce qu’est la connaissance, donc qui distingue entre sujet de la connaissance et objet à connaître (la chose à connaître reste devant lui, non en lui)
— que ce sujet soit matérialiste ou idéaliste (*), l’important est qu’il maintienne toujours claire la distinction sujet-objet,
— ensuite, pour l’ensemble du processus, voir le schéma provisoire.

(*) La question du matérialisme et de l’idéalisme par rapport à la possibilité de connaître la réalité est parfois tranchée de façon trop catégorique. La question première est de bien distinguer sujet et objet de la connaissance. C’est vrai pour le matérialiste à condition qu’il ne croie pas que la matière pense en lui. C’est vrai pour l’idéaliste, même s’il imagine que la pensée de la réalité préexiste à la réalité. Prenons un idéaliste qui pense que Dieu a d’abord eu l’idée des choses, des lois de la nature, et qu’il a ensuite “réalisé” ses idées dans l’Univers. Cela empêche-t-il un tel idéaliste de chercher à connaître les lois de la nature, même s’il imagine que ce sont des lois divines ? Le processus de la connaissance en revanche ne peut pas s’élaborer correctement, si l’on pense en subjectiviste, ou solipsiste, si l’on ne fait pas la distinction entre sujet de la connaissance et objet à connaître, qu’on pense que le “ressenti” suffit à faire une connaissance.

NOTES
(1) Connaître peut être mis en relation avec le terme notion (même racine en latin), si l’on saisit bien la distinction entre sujet de la connaissance et objet de la connaissance (notion de quelque chose).
(2) Précisons qu’Aristote est également matérialiste pour ce qui touche à la théorie de la connaissance (après avoir été plus ou moins idéaliste à l’école platonicienne).
(3) En ce sens, il n’y a pas, à proprement parler, de « données de l’expérience » ou de « données de la pratique », (expérience et pratique étant toujours pour partie construites). Mais l’expérience et la pratique, en mettant en relation avec les choses, permettent de « recevoir », voire « recueillir » volontairement des données.
(4) Comment on passe d’un « concret réel » (représentation chaotique, syncrétique du tout) à un « concret pensé » (reproduction en pensée, au moyen de ses déterminations abstraites), au moyen d’une démarche, méthode (qui réduit la plénitude chaotique de la représentation à une détermination abstraite, reproduire le concret par voie de la pensée par ses déterminations abstraites).

Creative Commons License
Contenu sous licence Creative Commons 4.0 International. Reproduction et diffusion non commerciales autorisées à condition de citer la source.